La vie en ESN versus la vie en Startup : le revers de la médaille

Fin avril, avec Hubert Sablonnière, nous avons eu la chance d’être conviés par Cyril Lakech et Damien Cavaillès dans les bureaux de nos amis de WeLoveDevs pour deux heures de discussion. Pendant ces deux heures, avec Hubert nous avons retracé nos parcours en société de service, ce qu’elles nous ont apportés dans nos carrières, et ce qu’on a mis en place pour tenter de nous différencier et de progresser.

Deux heures, c’est long ! Si vous aimez les podcasts, écoutez nous en version audio 😉

Dans cet univers assez lisse que sont les sociétés de service, il s’agit bien de trouver un vecteur de différenciation pour faire son trou (vous faites partie « des devs »). Pour Hubert, c’est passé par l’expertise technique et son succès en tant que speaker reconnu. Pour moi c’est passé par mon travail dans les communautés tech par lesquelles je suis passé, et plus particulièrement le GDG Lille. Et c’est là qu’il y a débat : ça nous a demandé beaucoup de travail personnel sur notre temps libre, même si nos ESN respectives nous ont soutenues comme elles pouvaient, que ce soit en temps disponible (« non facturé ») ou en sponsoring… Bien entendu elles y ont gagné en visibilité et en image developer friendly. Bref, le débat n’est pas clos, n’étant pas tous égaux devant l’investissement personnel que chacun peut mettre en dehors des heures de bureau.

Au final avec Hubert nous étions d’accord sur les raisons qui nous ont fait changer de parcours. Nous voulions choisir les structures dans lesquelles nous travaillons, des structures avec un impact concret sur ses utilisateurs, conformes à nos valeurs. Et surtout, nous voulions nous sentir vraiment utiles à nos entreprises.

La recette du bonheur est bien entendu plus complexe…

Je tenais à mesurer un peu mes propos. Oui, j’aime mon job, mes collègues, mon impact dans l’entreprise et ce que nous faisons tous les jours. Cela dit, parlons un peu plus des différences entre mon ancienne vie de développeur en ESN et ma vie actuelle en startup.

Je parle des sociétés de service, parce que c’est mon expérience. Mais concrètement, la vie du développeur en société de service se résume beaucoup à la vie chez son client. Et statistiquement, vous avez plus de chance de travailler en sous traitance pour des grands comptes que pour une PME. Et c’est là un point important : mon article devrait sans doute s’appeler Grand Compte versus PME, quelles différences pour un développeur ?

Travailler en mode Projet

Je n’ai compris que très récemment à quel point l’équipe technique était une entité bien à part dans une grande structure.
Oui une équipe technique sur un projet peut avoir une pression folle, un management toxique, le projet peut-être compliqué et n’avoir aucun sens ni technique, ni produit, ni rien. On est tous d’accord. Mais mon propos est tout autre : la mission de l’équipe se résume souvent à réaliser un service bien défini.

Un input : le besoin, un output : le produit conçu

Bon, dans la vraie vie de la grosse entreprise ce n’est pas aussi binaire bien entendu. Votre projet évolue dans un environnement complexe, qui vous dépasse. D’un côté vous avez les moyens d’agir, la main d’œuvre, les outils. D’un autre côté, beaucoup de décisions sont prises à l’échelle de l’entreprise, et votre équipe ne pourra que les subir. Vous avez envie de faire bouger les lignes ? Il faudra vous confronter à une inertie très forte. Convaincre, sortir des KPI, construire sa roadmap autour de convictions fortes, et puis du jour au lendemain, non. Maintenant chez <GRAND_GROUPE> on fait comme ça et pas autrement. Ce manque de sens, d’autonomie et cette incapacité à changer les choses m’ont fait migrer vers la startup.

Et travailler en mode…. Startup ?

Quand j’ai rejoint Karnott, j’ai surtout rejoint deux personnes qui avaient une idée et la vision d’une agriculture connectée au service de l’agriculteur. Il faut se rendre compte qu’un « founder » en startup, c’est quelqu’un qui croit dur comme fer en son idée et qui met toute l’énergie pour y arriver. Et il en faut de l’énergie pour tracter tout le monde. De mon point de vue c’est un mélange d’enthousiasme, de force de persuasion, d’énergie, d’insouciance et de sentiment d’invincibilité. Soyons réalistes, je ne coche pas toutes les cases et je ne me lancerai jamais seul 🙂

La première conséquence de travailler avec des entrepreneurs, c’est qu’ils se réveillent souvent le matin avec une nouvelle idée. Un problème ne reste jamais longtemps un problème, ça se transforme en idée, voire en opportunité.

J’ai essayé de lister quelques difficultés courantes auxquelles il est difficile d’échapper dans une jeune startup. Peut-être que certains points sont communs avec les grosses entreprises mais je pense que ça sera toujours exacerbé par le contexte startup.

Premier point : ambitions, vélocité d’équipe et réaction face à l’échec

Les ambitions sont toujours énormes. On va bouleverser le marché, aller plus vite que les autres, faire les choses mieux avec une expérience utilisateur incroyable. On fait du LEAN, on sort un MVP, on trouve nos premiers utilisateurs, on se sent fort. On a de la traction (croissance), et maintenant il faut convertir. Faire de son MVP un produit qui a de la gueule… Il n’empêche qu’on est toujours 3 développeurs, que les stories s’allongent à l’infini, et que les idées arrivent toujours en nombre.

Viennent aussi les premières désillusions commerciales. Il faut changer de fusil d’épaule, alors qu’on avait entamé le super chantier tech dont on parlait depuis des mois. Hop, on met tout ce travail dans un tiroir, et on repart d’une feuille blanche. Moralement, techniquement, c’est dur.

Les équipes techniques ont besoin de stabilité et de sérénité : ce n’est pas l’apanage d’une startup.

Second point : la variété de sujets à traiter

Cette capacité à mettre son travail en suspens pour travailler sur autre chose, ça n’est pas lié qu’au produit. Une startup, c’est une entreprise complète avec son équipe commerciale, sa compta, sa gestion du support, son comité de pilotage… Une startup, c’est une seule équipe dont vous faites partie. Et cette équipe, pour avancer sur plein de sujets, elle a besoin de vous. Vous n’aimez pas faire du support ? Le marketing / SEO n’est pas votre panacée ? Faire des tableaux de bord de suivi ne vous intéresse pas vraiment ? Et quid de la facturation ? Pourtant on a vraiment besoin de vous, et c’est toujours urgent. Alors il faut être malin, trouver les solutions les plus efficaces pour mettre tout en place à moindre coût. D’ailleurs ce n’est pas pour rien que beaucoup de solutions no-code émergent ! Objectif : réduire la frustration des différentes personnes de la startup en les autonomisant, et permettre à l’équipe produit de se concentrer sur… le produit.

Chez Karnott, nous sommes friands de plein de SaaS pour ne pas avoir à tout faire nous-même, mais ce n’est pas magique. Et quand quelqu’un à côté de vous a besoin d’aide sur un sujet hors de votre scope principal, et bien vous l’aidez, c’est normal.

Troisième point : la charge mentale

Si vous êtes l’archétype du développeur le casque vissé sur la tête qui ne supporte pas être dérangé tant qu’il n’a pas fini sa tâche, je doute qu’une jeune startup soit faite pour vous. On peut vite être noyé par une myriade de demandes en tout genre, autour du produit mais pas que, et urgentes mais pas que. On s’implique sur nos tâches en cours et on essaie de bien les faire. Ça, ma carrière en ESN m’a appris à gérer la chose à-peu-près correctement. Mais par dessus tout ça, il y a la vie de la startup, les réflexions sur le produit, les défaites et les victoires de chacun, les changements de cap, les implications financières, les perspectives et les imprévus. Je vois ça comme un carrefour permanent, et on doit choisir le meilleur chemin : un océan de possibilités dans lequel il est possible de se noyer à tout moment.

Une autre pression permanente est celle de la réussite. Vous êtes peu nombreux, pressés, et vous devez sortir un produit de qualité. Vous savez que ces trois ingrédients ne font jamais bon ménage. Pouvoir mettre en production n’importe quand ne veut pas dire proder n’importe quoi : personne d’autre que vous ne sera là pour réparer une bêtise à 2 heures du matin si toute l’infra tombe. Vos actions ont un impact sur vos clients, mais aussi sur vos collègues. C’est un point totalement sous estimé par tout le monde, jusqu’au jour où rien ne se passe comme prévu.

Mais alors comment gérer tout ça ? On m’aurait menti, c’est tout nul la startup ?

Cet article n’est pas un article contre les startups, c’est une mise en garde. Je n’ai jamais entendu parler d’une réussite incroyable en startup où le chemin a été tout tracé, sans que les équipes n’aient douté, ou galéré à un moment.

Lorsque Damien Cavaillès nous demande l’ingrédient du bonheur, je réponds « avoir un travail où on peut avoir de l’impact », et je le pense toujours. Être confronté tous les jours à un océan de possibilités, c’est difficile, mais c’est aussi la chance de faire de vrais choix, pour le meilleur ou pour le pire.

Quelques conseils, pour ce que ça vaut :

  • Prenez soin les uns des autres. La charge mentale n’est pas une invention, ça peut être vraiment difficile. Je pense qu’un élément de toxicité, c’est de penser que la personne à côté de vous peut tout encaisser.
  • On foire ensemble, on réussit ensemble. Autonomisez les équipes, ne cherchez pas à tout contrôler. Quand tout le monde est dans son rôle et se sent libre de ses choix, la personne avancera sans contrainte et sera plus efficace. Et puis si vous êtes son manager, cela vous déchargera d’un poids. L’échec ne sera pas son échec, et la réussite ne sera pas la votre. On vit l’aventure ensemble. L’équilibre est à trouver. En tant que CTO, je cherche à distiller la bonne quantité d’information pour rendre les équipes autonomes sans pour autant les surcharger mentalement. Exercice de funambule.
  • Identifiez bien les rôles de chacun. Pour que le point précédent réussisse, il me paraît important que chacun sache exactement quelle est sa place dans l’entreprise. Ne nous marchons pas sur les pieds…

Conclusion

J’adore les gens avec qui je bosse, j’adore mon job. En 2021, en tant que développeur, nous avons le luxe de pouvoir choisir dans quel contexte travailler. Une ESN n’est pas un mauvais choix, une grosse entreprise non plus, tout comme la startup. C’est juste différent, et il est important d’avoir toutes les clés en main pour choisir.

Il reste une dernière catégorie, l’entreprise de taille moyenne (50+) avec une belle équipe technique. Sur le papier, j’ai l’impression que cette typologie apporte une certaine stabilité dans l’équipe tout en donnant les moyens d’agir à son échelle. Prochaine étape pour Karnott?

L.B.

Une réponse sur “La vie en ESN versus la vie en Startup : le revers de la médaille”

  1. Merci pour cet article ! Ton point de vue est vraiment très intéressant.

    Personnellement je n’ai jamais été attiré par les startups car je pense que je ne supporterais que très mal cette « charge mentale » et pression inhérente. Comme tu l’as dit, quand tout va bien, on est tous invincibles et indivisibles, quand les choses tournent mal, que se passe-t-il alors avec l’égo de ces entrepreneurs, tel que tu l’as décrit ?

    Et c’est précisément là où je veux en venir : quelle est la proportion des startups qui réussissent ? Et quelque part celles qui réussissent et qui clament fort être toujours dans l’ « esprit startup » le sont elles vraiment, peuvent-elles vraiment l’être quand elles recrutent à tour de bras ?

    J’ai toujours été extrêmement méfiant vis à vis du vocabulaire taillé sur mesure des startups et des anglicismes toujours plus amicaux et inclusifs. J’ai même vu des noms/adjectifs créés de toute pièce greffés au nom de la startup (je ne donnerai pas d’exemples). A tel point que c’est devenu un critère rédhibitoire pour moi. C’est pour ça que lors des entretiens, parler avec des gens en interne qui exercent le même poste est primordial à mon sens.

    Le point positif que je vois est que les gens ont peut être aussi le mérite d’être plus honnêtes dans les startups que lorsqu’ils ont fait 10 ans dans la même ESN/client final, formatés par un discours d’entreprise.

    Il existe peut être aussi un moment dans la vie où l’on cherche à se poser, avoir une vie de famille saine, sans pour autant mettre une croix sur la veille techno.

    Bref, ces choix ne sont pas simples, et le sont encore moins avec le contexte très tendu du marché de l’IT en ce moment. Mais peut-on s’en plaindre ? 🙂

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.