CTO chez Karnott, une 3ème année dont je me souviendrai

Tous les ans, je fais un petit article résumant mon expérience chez Karnott, année après année. En toute logique j’aurais du rédiger mon article cet été, mais avec ce premier semestre si éprouvant, je n’ai pas eu le courage de mettre tout ça par écrit.

Dernier bilan: septembre 2019. Nous avions créé un début de plateforme technique (qui s’est avéré plutôt payant), mais nous nous posions beaucoup de questions autour de la création produit, de la cible cliente, de la complexité applicative, et un poste de Product Owner / Product Manager était ouvert pour nous aider. La bonne nouvelle, c’est que nous avons trouvé la bonne personne (Coucou Sarah!). La mauvaise, c’est qu’elle est arrivée début 2020, et pour un rôle aussi transverse, elle aurait pu être plus chanceuse sans un violent confinement et une situation économique proche du flou total.

Concrètement, dans une startup de moins de 5 ans, comment gérer une situation comme ce que nous avons vécu cette année ?

Début 2020, nous avions de belles ambitions en terme d’investissement. Je m’imaginais déjà avec une équipe incroyable de plusieurs dizaines de personnes dans tous les domaines hype, un pôle R&D à la pointe, et des claviers mécaniques pour tout le monde (ou pas 🤓 ). Mais voilà, lors de cette soirée si marquante de Mars 2020, après ce discours très dur du président, tout s’arrête, et tout le monde se regarde en chien de faïence.
Très vite, nos deux fondateurs prennent une décision capitale : il faut réduire la voilure. On doit dépenser le moins possible, ou tout du moins le plus raisonnablement possible, ne sachant pas de quoi demain sera fait.

Il est l’or ! L’or de se réveiller !

La suite leur aura clairement donné raison, c’était la bonne chose à faire au bon moment.

Le mot d’ordre pour toute l’entreprise : serrons les dents ensemble, et soyons malin.

Je ne parlerai pas de stratégie commerciale, mais en résumé, nous avons tout fait pour sortir de nouveaux produits rapidement, nous ouvrant d’autres marchés qui n’étaient pas forcément prévus initialement. Mais encore faut-il être en capacité de sortir de nouveaux produits, n’est-ce pas? Alors, quels ont été les faits marquants ?

Le télétravail

Vous l’avez tous plus ou moins vécu : se retrouver du jour au lendemain à devoir travailler de chez soi, sans l’équipement adéquat mais avec les enfants sur les genoux! J’ai personnellement de la chance habitant une maison avec un endroit où pouvoir m’isoler. De toute façon, travailler avec un enfant dans les parages, c’est vraiment impossible! J’ai très vite cherché à m’équiper d’un micro pratique, d’une Webcam (malgré l’incroyable pénurie), et dernièrement d’un vrai fauteuil. Double chance pour nous, toute l’équipe pouvait travailler dans de bonnes conditions. Nous avons juste réquisitionné nos écrans du bureau, et voilà.

Le chat, cet assistant indispensable au télétravail. Il a même sa propre chaine twitch !

Et maintenant, nos outils :
Discord est devenu un élément central de l’équipe. Ce que nous apprécions, c’est le fait de pouvoir rester dans un canal, et si quelqu’un veut venir discuter, il peut. On est un peu comme dans un bureau virtuel, sans avoir à payer le prix démesuré de Sococo.
Google Meet pour les réunions avec quelqu’un d’extérieur à l’entreprise, ou avec caméra / partage d’écran. Même en payant, j’ai toujours trouvé la qualité de Discord en retrait pour vraiment faire du partage d’écran de qualité.
Metroretro est un outil génial pour faire ses rétrospectives d’équipe en remote. C’est simple, intuitif et ludique.
VSCode Live Share que nous avons utilisé plusieurs fois pour faire du pair programming. Etant le seul à utiliser IntelliJ pour le backend dans l’équipe, je n’ai malheureusement pas pu expérimenter leur nouveau plugin autant que je l’aurais souhaité.

Pas mal d’entreprises ont fait preuve de solidarité et ont partagé leurs retours d’expérience tout au long de l’année. On remerciera par exemple Zenika qui a maintenu à jour de précieuses ressources.

Même pendant le déconfinement, nous avons fait le choix fort de continuer en télétravail. Nous y avons trouvé plusieurs avantages inattendus pour l’équipe et l’entreprise.
En premier lieu, nous avons découvert à nos dépens à quel point nous manquions de rituels d’entreprise planifiés et nous avons tâchés d’y remédier. Oui les discussions autour d’une machine à café, c’est chouette et il s’y dit souvent beaucoup de choses, mais ça a l’inconvénient d’être impromptu et « éphémère ». Dorénavant, chaque pôle (Technique, CSM, Sales…) se parlent et échangent de façon ritualisée toutes les semaines.
Nous avons aussi compris qu’une culture de la documentation, dans une entreprise, ne s’improvise pas. Toutes ces discussions informelles méritaient d’être tracées, des comptes rendus rédigés. Ce serait mentir de dire que ce point est complètement résolu, mais nous faisons de notre mieux. Entre autres choses, le concept d’ADR (Architecture Decision Record) m’intrigue et m’attire, mais je reste circonspect sur la bonne façon de l’implémenter (où ? comment ?).

Une difficulté liée au télétravail, c’est la perte d’unité entre les membres de l’entreprise. Autant l’équipe tech se parle tous les jours, autant les autres membres du bureau nous manquent. Comment garder un esprit d’entreprise au delà de son équipe ? Nous avons mis en place des visios journalières pour discuter et échanger, mais il manque quelque chose. C’est clairement un point à améliorer…

Malgré tout cela, je prends le pari de continuer sur ce chemin. Je suis d’ailleurs ravi de voir l’équipe tech grandir en 2021 avec des recrutements déjà bouclés, dont un non Lillois !

Le rôle de CTO dans ce contexte

Cette année, j’ai découvert la communauté Tech Rocks (dont je conseille chaudement le podcast) et j’ai accepté quelque chose de fondamental : le métier de tech leader, ou de CTO, est quelque chose qui dépend profondément du contexte dans lequel vous évoluez. Attention, je n’ai pas du tout la prétention d’avoir le même métier que le CTO de Criteo, Leboncoin ou même des entreprises bien plus modestes.

Quand on démarre une startup, on est avant tout un développeur à tout faire. Et puis on recrute, on devient un peu manager. Et puis l’entreprise grossit, on devient ambassadeur du produit auprès des autres pôles, on défend nos choix, on trouve des compromis. Un métier de diplomate en quelque sorte, où on défend l’équipe technique, tout en cherchant le bénéfice de tous.

Alors dans ce contexte, il a fallu se battre pour que l’équipe ait toutes les cartes en main pour produire de la valeur malgré la situation. Et tout le monde a joué le jeu (merci mille fois) j’ai la chance d’être hyper bien entouré. L’un des changements opéré, c’est d’avoir proposé en tant que manager des entretiens individuels à tout le monde de façon plus régulière. Nous ne le faisions pas, et je pense qu’avec la distanciation c’est devenu indispensable. C’est un chouette moment d’échange.

Il y a beaucoup de points que je souhaite améliorer pour 2021 dans mon rôle de CTO :
– Donner une meilleure visibilité dans le temps sur ce que nous produisons et allons sortir, c’est indispensable, malgré ma profonde réticence. Dans un environnement mouvant comme une startup, avec une quantité de tâches en parallèles où les devs doivent aider (support / facturation / marketing…), nous avons du mal à connaître à l’avance le temps dédié au développement produit. Comment estimer quoi que ce soit dans ces conditions ? Nous devrons trouver des solutions.
– Mieux structurer l’emploi du temps de chacun pour donner une véritable place à la R&D. Sans innovation point de salut.
– L’agriculture met un point d’honneur à apporter une traçabilité bien documentée à son travail, je dois m’en inspirer.

Et d’un point de vue perso ?

Quoi qu’il se passe en 2021, on peut se douter 2020 aura été une année charnière pour tous. Ceux qui me connaissent savent que je ne suis pas adepte d’un positivisme à outrance, mais j’ai quand même essayé de tirer quelque chose de cette année.

Tout d’abord, j’ai pris soin de moi. Finie la junk food d’Euratechnologies ! (Adieu Pick it up et les food trucks!). Quitte à être chez moi, et avoir une douche à disposition, j’ai décidé de faire du footing à mon rythme de sportif du dimanche, et de manger plus sainement. Le bilan ?
Plus de 600 km parcours en footing depuis Mars, et 15 Kgs perdus. J’en suis plutôt fier.

Faites du footing, 1km autour de chez vous, moins de 20minutes !
Des hauts et des bas, mais la tendance est là…

Mais c’était aussi l’occasion de passer du temps avec ma fille de 3 ans comme jamais, de la voir progresser tous les jours et de se nourrir de son innocence. Pour elle, rien d’anormal à ce que nous avons vécu, et ça faisait franchement du bien au moral.

Qui a dit que c’était un poids sur les épaules ?

Cela peut paraitre aussi plus anecdotique, mais j’en ai profité pour me désintoxiquer de Twitter ou des réseaux sociaux en général. Nous pourrions beaucoup discuter de ce sujet, mais je suis maintenant persuadé que ce lieu d’échange n’a malheureusement plus grand chose à apporter au débat public.

Conclusion

J’écris ces mots le 21 décembre après une année délirante. Chez Karnott, ce sont des milliers de balises vendus, plus de 10 Millions de kms parcourus cette année par nos clients et plus de 2 Millions d’Hectares travaillés. Beaucoup de discussions formelles et informelles, des visios qui foirent, des soucis d’internet, des rigolades et quelques moments très difficiles. Ce n’était pas gagné d’avance…
Alors pas de longue conclusion, juste un petit conseil : Sachez vous adapter, ensemble.

Prenez soin de vous et de vos proches !
A l’an prochain,
LB

Un an en tant que CTO, retour d’expérience

Il y a tout pile un an, le 1er juin 2017, j’ai rejoint Karnott en tant que CTO.  Durant cette année passée, on m’a souvent posé la question suivante : « Mais finalement, un CTO dans une startup, ça fait quoi ? » J’avoue que je n’en savais pas grand chose, ayant travaillé pendant 10 ans principalement pour des grands comptes, et d’ailleurs je ne sais pas si il y a une unique réponse à cette question. Je vais juste essayer de faire un petit retour d’expérience, et raconter ce qu’il s’est passé durant cette année.

Mais revenons encore un an en arrière. En 2016, Antoine Dequidt et Alexandre Cuvelier, les deux fondateurs de Karnott, ont confié la concrétisation de leur idée à des développeurs de leur connaissance. Le truc quand on a une idée, c’est qu’on est très loin d’imaginer du premier coup le produit parfait. On ajoute à ça une pincée de développement au forfait, des spécifications fonctionnelles imprécises, et des technologies pas toujours adaptées, et on arrive à un projet qui fonctionnait tout de même, sans répondre totalement au besoin initial.

Je suis donc arrivé dans ce contexte. Mon premier job a été de m’approprier le projet, le fonctionnel, le code, et d’y mettre ma patte. Fiabiliser le bousin, mettre des tests, de l’intégration continue… Ce qui a toujours été super chez Karnott, c’est que dès le premier jour, j’ai eu la contrainte de devoir être au petit soin avec la prod’. En effet, nous avions déjà des utilisateurs, et même si certains jours cela démangeait de tout défaire pour repartir de zéro, il fallait se réfreiner, planifier, réfléchir, et prévoir des plans de migration. Avec le recul, je me dis que cette contrainte de la prod’ m’a aidé à concevoir un système plus solide et pragmatique.

Sur certaines parties, j’ai aussi compris que j’avais besoin d’aide. Typiquement je suis un très mauvais intégrateur web… Et j’en ai tiré la première leçon primordiale :

En tant que CTO, je n’ai pas la science infuse

Alors on s’est entouré. Tout d’abord avec de la prestation, des partenaires en qui nous avions confiance (Coucou Sfeir et Tymate <3 ), avec en parallèle la volonté d’embaucher une équipe de développeurs à embarquer dans l’aventure… Fin aout puis début octobre 2017 nous ont donc rejoint François, dev Front React, et Georges, Fullstack Ruby. 3 développeurs, avec 3 profils complètement différents. Il a fallu apprendre à se connaitre, et cela fit apparaitre la composante la plus importante de mon boulot de ces 12 derniers mois :

En tant que CTO, je m’assure de la cohérence de l’équipe et du projet

Je considère la cohérence humaine et technique comme intimement liée. La technique doit répondre à un besoin fonctionnelle et des contraintes (IOT, scalabilité…), mais dès le premier jour, nous étions tous d’accord sur le fait que tout le monde travaillerait sur l’intégralité de la stack. Il a fallu se mettre d’accord sur des technos que nous avions tous envie d’apprendre, avec lesquelles nous serions productifs. Le choix le plus significatif a été de refondre l’api en Golang. On pense ce que l’on veut du langage (à titre personnel j’aime beaucoup cet article de Sylvain Wallez qui résume bien ma pensée), mais il a eu le mérite de nous permettre de refondre une API complète en quelques mois, de résoudre nos soucis de performances et surtout d’être « facilement » maitrisée par toute l’équipe.

La mise en place d’une équipe, c’est aussi mettre sa casquette d’agiliste, et proposer tous les rituels qui nous permettent de partager et collaborer tous les jours. Daily Meetings, Rétro, Pull Requests systématiques, Sessions de Code Reviews… Si l’on veut travailler sur l’intégralité de la stack et ne pas risquer l’isolement de la compétence, ces étapes sont juste indispensables.

En parlant d’isolement, un autre risque est que l’équipe de devs s’isole du reste de l’entreprise. Chez Karnott, toute l’équipe commerciale est issue du monde agricole. La connaissance métier, c’est eux qui l’ont, et nous ne devons jamais l’oublier. Il est tellement facile de développer des fonctionnalités techniquement sympa, mais complètement à côté de la plaque… Alors voilà :

En tant que CTO, je m’implique dans la réflexion autour du produit

Si l’équipe commerciale vient du monde agricole, je ne leur ferai pas offense en disant qu’ils découvrent tous l’univers du développement d’une application Web. Alors toute cette année il a fallu apprendre à communiquer, qu’ils m’expliquent leur métier, et que nous leur expliquions le notre, et nos contraintes de développeurs. « Tout est possible, tout n’est qu’une question de délai et de priorités » a sans doute été la phrase que j’ai le plus répétée. Mais dev ou commerciaux, nous avons tous fait de notre mieux pour nous impliquer dans la construction du produit Karnott, et être au plus prêt de ce que nos utilisateurs réclamaient. L’arrivée prochaine d’un Product Owner devrait nous faire franchir une étape de plus en ce sens…

Et puis avec le temps et le succès commercial, les priorités et les contraintes changent. Très naïvement, je n’avais pas du tout anticipé cette partie là, mais Karnott est à une période charnière dans sa structuration et nous devons construire un SI d’entreprise. Automatiser la logistique, le monitoring, les prises de parole, la facturation, bref, tout ce qui fait que nous pourrons accueillir sereinement beaucoup plus de clients. C’est techniquement pas mal de travail, ce qui force à ralentir les évolutions du produit Karnott lui-même, mais c’est indispensable.

Un easter-egg se cache sur cette photo. Sauras-tu le retrouver ?

Tout ça pour dire que j’attendais du challenge, et je n’ai pas été déçu ! Je pourrais encore parler du monde agricole que je découvre tous les jours et que je trouve passionnant, de l’équipe géniale et enthousiaste, des raisons pour laquelle nous venons d’annoncer une deuxième levée de fonds, ou encore vous encourager à venir nous découvrir sur WelcomeToTheJungle. Mais là tout de suite, j’ai juste envie de savourer une année riche en émotions (ah oui, je suis papa aussi ! <3 ), et d’attendre avec impatience l’année prochaine !

L.B.

2017, l’année du changement

Cela fait dix ans que je fais de la prestation de service en informatique. Dix ans que je fais du forfait, de la régie, des réponses à appel d’offre, que je rencontre des clients avec des besoins divers et variés.

En dix ans, j’aurais cotoyé le monde pharmaceutique, l’industrie aéronautique, automobile, le monde bancaire, l’univers de la grande distribution, associatif, de la startup au grand groupe, de Bâle à Lille en passant par Toulouse ou Paris. Cette variété de métiers et de façon de faire du développement est l’une des raisons qui m’avait poussé en sortant d’école, à entrer dans le monde du service et des mal-aimées « SSII ».

Alors, 10 ans plus tard, est-ce que j’ai vraiment appris des choses ?

Déjà, j’aurais appris à aimer mon métier. J’ai eu la chance de croiser des développeurs passionnés, et il est clair que c’est contagieux! Merci aux JUGs de Toulouse, Paris ou Lille, aux GDGs de France, et à l’ensemble des Sfeiriens qui ont tous été plus qu’inspirants.
Mais la principale leçon de ces 10 ans, c’est que la technique n’est qu’une petite composante d’un projet informatique. Prenons le métier, l’humain, les compétences à disposition, le temps disponible, la conjoncture, la pleine lune ou la météo, mettons tout ça dans un panier, et on en sort les vrais défis à surmonter. La technique est une composante essentielle, mais non suffisante.

Si je parlais à mon moi d’il y a 10 ans, lui conseillerais-je de faire du service ?

Sans hésiter.
Je ne sais pas si j’aurais été meilleur développeur autrement, mais je suis heureux de ne pas avoir été enfermé dans ma bulle, et heureux de toutes ces rencontres.

Et maintenant alors ?

Et maintenant, le grand changement. J’ai décidé de rejoindre le 1er juin l’équipe de Karnott en tant que CTO. Un terme pompeux pour un challenge bien réel. Le projet est chouette, l’un des deux fondateurs est agriculteur et connait parfaitement son métier (chouette, un nouveau domaine fonctionnel!). Plusieurs choses me plaisent dans ce challenge :
– Chaque pierre posée le sera pour mon employeur direct. La SSII a ce côté frustrant de n’être toujours que de passage…
– Je ne pourrai pas être plus proche de l’utilisateur final! C’est quelque chose que j’avais souvent reproché à mes différents projets par le passé…
– L’un de mes objectifs est de fonder une équipe technique complète. Rassembler des personnes compétentes qui partagent les mêmes valeurs que moi, j’y ai participé avec Sfeir Lille, et humainement c’est génial. (D’ailleurs, si vous êtes dans le Nord, que vous en avez marre du retail et que vous voulez faire de l’IOT, on recrute 😉 )
– Techniquement, il y a carte blanche. Et comme on vit une époque formidable, je crois qu’il y a de quoi bien s’amuser.
– Pas un jour qui passe sans qu’on entende parler de startup. Je crois qu’il ne faut pas mourir idiot et vivre ça de l’intérieur au moins une fois…

Bref, c’est stressant, angoissant, et encore un saut dans l’inconnu… Mais après tout, qu’est ce qu’on risque ?

LB.

Bilan 2013 et Objectif 2014… Qu’ai-je appris cette année ?

Nous sommes en 2014, et j’aime bien faire un petit bilan professionnel de l’année passée. Qu’ai-je appris ? Aurais-pu faire plus ? Me suis-je amusé ?

Du Classic

J’ai commencé 2013 par ce qu’on appelle communément « un grand compte », avec  un projet Titanesque. Je ne rentrerai pas dans les détails, mais sur le contenu, j’ai eu droit à de l’Oracle / Hibernate, Spring, des pages et des pages de formulaire, le tout porté par un bon gros Liferay. Et tout ça était relié à plein d’autres applications du même genre, à travers des Web Services SOAP. résultat22693-le-plat-de-spaghettis   De la frustration, mais des technos solides qu’il est bon de maitriser, dans une ambiance positive avec quelques personnes avec qui j’ai pris plaisir à travailler.

De la Mobilité

Changement de registre. Un client arrive, avec un besoin un peu flou, et peu d’argent (en gros un mois de développement). « Je veux un site web, une application mobile, Android, iOs, stocker des photos, scanner des choses, gérer des données de référence, des droits d’accès, etc… Carte blanche sur la techno employée ». Ah. En 20 jours, donc… Et bien cela m’a permis de bien m’amuser :-). Et une mission comme celle-là, c’est une formation accélérée pour n’importe qui ! L’objectif étant d’avoir très rapidement une usine de développement, une application web et une API pour communiquer avec mes applications mobiles, j’ai choisi des technos que je savais adaptées, sans obstacle pour moi. Bref, à la fin de la première matinée, j’avais mon application sur Github, le hook Cloudbees / Jenkins qui va bien avec mon déploiement sur Google AppEngine. Une dépendance Maven vers Jersey, et j’aurais mon API sans soucis au fur et à mesure de mon développement. L’API, un jeu d’enfant. Un coup de Twitter Bootstrap et AngularJS pour le front, et ça irait tout seul. Mais même avec la meilleure volonté du monde, comment produire ces deux applications mobiles dans le temps imparti ? Nous sommes partis sur la solution Apache Cordova, couplé à JQuery Mobile pour le thème et éviter de se poser des questions. Pour des raisons fonctionnelles, nous avons aussi utilisé AngularJS côté mobile, ce qui devait nous simplifier la vie, et ce choix a été payant. Heureusement que nous n’avions pas Windows Phone en cible, la stack choisie n’aurait pas fonctionné. Bref, je me suis éclaté ! On apprend à coder vite, à s’appuyer sur des choses fiables, à s’adapter très très vite quand on rencontre un problème (aaaahhh les plugins Cordova… *soupir*), et on écarquille les yeux quand on se rend compte à quel point on peut produire vite, sans contrainte.

Mes coups de coeur :

cordova            appengine

(Oui, Cordova est quand même très chouette, malgré si l’on entend que c’est l’application mobile du pauvre…)
(Et oui, on y a passé un chouilla plus de temps que prévu 😉 )

Du WEB

On enchaîne avec une mission pure WEB… Environnement Google AppEngine, un besoin simple, mais on passera un peu plus de temps sur le design. AngularJS est alors incontournable, j’essaye de m’y intéresser plus, de penser aux directives, aux bonnes pratiques… Autant la courbe d’apprentissage est très rapide pour les besoins primaires, autant je trouve que ça se complique aussi très vite dès que l’on pense « composant ».
Mais clairement, ça aurait été difficile de passer l’année 2013 sans y toucher.angularjs

De l’Intégration

Oui, des EIP : Enterprise Integration Patterns. Je ne pensais pas compléter ma panoplie de développeurs par ce domaine, mais certaines opportunités m’y ont amené, sans que je ne le regrette le moins du monde !
L’intégration de données peut paraître moins sexy. Pourtant, en quelques mois j’ai croisé de vraies problématiques importantes, formatrices ! On pensera fiabilité, performance… On s’adapte aux contraintes systèmes, on se devra d’être flexible, on découvre de nouveaux patterns, et on pensera un peu différemment.

Mon nouvel ami : apache-camel-logo

De l’Associatif

En 2013, j’ai encore rencontré plein de gens vraiment passionnants et passionnés. J’ai assisté à des JUGs, à des meetup, j’ai assisté à Devoxx France, et j’ai même eu la chance d’être speaker au Jug Summer Camp.
Grâce à l’équipe du Google Developer Group Paris, j’ai aussi pu m’impliquer un peu plus dans l’organisation de plusieurs soirées, pour des technos et une communauté que j’apprécie.
Je ne suis resté qu’à peine deux ans à Paris, mais je pense ne pas avoir perdu mon temps sur place… Merci à toutes les personnes qui m’ont appris autant, c’était vraiment, vraiment bien.

Et maintenant ?

Et 2014, c’est Lille ! Je sens qu’ici aussi il y a des choses à faire. Un Chti Jug est actif, un ChtiJS aussi, et j’ai moi-même quelques ambitions.

Autour des technos Google, il y aura toujours des choses à faire, et des gens à rencontrer ! J’en ai profité pour créer deux choses :
– le Meetup GDG Lille : www.meetup.com/GDG-Lille/
– Le Twitter qui va avec : https://twitter.com/GDGLille/
Les premières soirées vont arriver courant février ! N’hésitez pas à me contacter si vous avez des envies ou des besoins.

J’ai aussi une liste de technos auxquels j’ai envie de m’intéresser de plus prêt :
Docker
Dart
– Java 8
– suivre encore et toujours le monde Javascript, en pleine effervescence…

Et vous, avez-vous ciblé vos technos de 2014 ?

Edito

Hop, un petit Edito pour faire le point… Et oui, c’est la saison des bilans !

Alors 2011, c’est en moyenne un article par semaine sur des sujets divers et variés, comme un avis sur les SSII par le biais du livre de Nicolas Séné, des petits commentaires à chauds sur des évènements sociaux avec la place d’internet dans les révolutions arabes, des réactions sur l’actualité Java bien entendu, mais j’aurais surtout essayé de partager tout mon enthousiasme pour le Toulouse JUG ! Cette année, rencontrer des passionnés Javaistes autour de moi, les entendre partager et débattre, ça m’a quand même grandement rassuré sur mon métier, et m’a donné de nouvelles ambitions. Il parait qu’être et rester technique en France, c’est possible!! Bref, merci à Gaël Blondel, Baptiste Mathus, Sylvain Wallez et tous les fidèles du Toulouse Jug, en leur souhaitant une année 2012 pleine de soirée JUG, de Despé d’après conf’, de débats, de trolls sur la mailing, et j’en passe 🙂

Pour moi, 2012 sera le début d’autre chose… Finie la vie Toulousaine, et bonjour Paris ! Je vais me frotter à des pointures, au célèbre Paris Jug (Va falloir que j’apprenne à checker les news pour espérer avoir une place à chaque fois tient…), avec plein de futurs compte-rendus à rédiger, j’en suis sur… C’est aussi un nouveau boulot, une nouvelle expérience. Bref des choses à raconter de façon régulière !!

A l’an prochain…

LB.