L’évolution de carrière dans l’informatique

toulouseLe week-end dernier, j’étais à Toulouse, retour dans mon ancienne vie, mes anciens collègues, aujourd’hui mes amis. C’était bien entendu l’occasion de parler potins, ragots, évolutions, savoir qui a démissionné et où chacun est parti.  C’était aussi l’occasion de remettre un débat sur le tapis : pour nous, développeurs, quelles possibilités d’évolution de carrière ? Mais au fait, qu’est ce que c’est l’évolution de carrière ? Comment ça se mesure ?

Petit retour en arrière… J’ai commencé ma carrière de façon très classique : un stage de 6 mois, puis du développement en SSII (pardon, on dit ESN maintenant), et dans ma tête, c’était la première étape vers le graal : Chef de projet… Et oui, je fais partie de cette génération à qui l’on n’a pas vraiment parlé possibilité de carrière, le chemin paraissant assez évident et tout tracé. Et puis soyons réaliste, quelle proportion d’entre nous a 40 ans de carrière dans le développement logiciel ? C’est un monde qui a explosé il y a 15 ans, et nous n’avons pas tant de recul que ça pour parler « carrière »…

Mais voilà… Je fais partie de ceux qui, la plupart du temps, aime son boulot. J’aime développer, j’aime la technique, j’aime en parler avec mes collègues, et rentrer tard le soir pour aller à un JUG. Bref, petit à petit j’ai bien senti qu’être Chef de Projet au sens managérial du terme, ça ne me plairait pas, et je ne m’épanouirai pas sur ce chemin. (« Bonjour, je m’appelle Ludo, et j’aime coder… -Bonjour Ludooooo »)

A force de discussion, j’en suis arrivé à une définition simple et personnelle de l’évolution : si j’arrive à m’épanouir dans mon travail, tout en ayant la possibilité de mettre à profit mon expérience accumulée, c’est que je suis à ma place.

Bien évidemment, il y a des indices pour mesurer tout ça. Si l’on met à part le grade débile et inutile de la convention Syntec (grade 2.1, 2.2, etc… franchement, qui regarde ça ?), tout le monde aura tendance à mesurer son évolution grâce à son salaire. C’est un indice de satisfaction, mais bon… Tous les autres signes d’évolution sont symptomatiques, témoins d’une expérience accumulée qui aura fait évoluer le contenu du travail de tous les jours (encadrement d’une équipe, conseil, expertise…)

Tout ça pour dire que certains ont envie d’évoluer vers « Chef de Projet », ne s’épanouissant pas plus que ça dans la technique, c’est très bien, mais c’est un métier différent. Ce ne sera une évolution qu’à partir du moment où leur expérience passée de développement leur servira, que ça soit sur un plan de compréhension du métier, ou sur le plan de la communication avec l’équipe. D’ailleurs je suis persuadé que sans être développeur dans l’âme, certains mettent très bien à profit cette expérience dans leur nouvelle carrière managériale.

chef-de-projet

L’évolution, c’est donc une question d’épanouissement, mais aussi de reconnaissance. Et c’est là que les mentalités ont encore du mal « évoluer ». Malgré l’émergence d’associations comme « Fier d’être développeur », le développeur est encore vu comme l’ouvrier du 21ème siècle. Sans être péjoratif, c’est juste un positionnement en bas d’une échelle hiérarchique, ce qui a tendance à nous rendre un peu grincheux ! (Article à lire absolument).

Bref… Si vous croisez quelqu’un qui sort de l’école pour être chef de projet, parce qu’il ne va pas s’abaisser à coder (sans trop caricaturer), ou si une autre de vos connaissances ne voit la carrière technique que comme une impasse, s’il vous plait, soyez juste fier de votre métier.

LB.

fdd-logo

3 réponses sur “L’évolution de carrière dans l’informatique”

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *