CloudBees et Cloud-IDE en 11min28s

Vendredi 20 octobre s’est déroulé le traditionnel BOF (Birds of Feather, selon Wikipedia, « petit groupe de discussion informel crée dans le but de résoudre un problème ponctuel dans un groupe de travail ») chez SFEIR. Autrement dit, une quinzaine de geeks assemblés dans une salle pour discuter des derniers sujets qui les bottent… C’était l’occasion pour moi de rapporter à mes collègues une présentation vue lors de l’OSDC 2012 qui s’est déroulé la semaine dernière à Paris, par Sacha Labourey, CEO de CloudBees.

En quelques mots, l’OSDC, c’était un peu bizarre. En effet, s’adressant autant à des décideurs que des développeurs, le contenu des conférences était un peu bancal et l’on sentait bien que les conférenciers n’étaient pas toujours à l’aise… De plus les locaux bien que situés idéalement (Georges V à Paris,  excusez du peu…) n’étaient pas vraiment adaptés (salles trop petites, programme pas très clair, porte d’entrée des salles à côté des speakers, créneaux cours entre les conférences…). Pourtant, apparemment ce n’était pas faute de moyens…

Bref, revenons à nos moutons. J’avais déjà eu l’occasion de voir Sacha Labourey au Paris JUG pour nous parler de Cloud, et j’ai trouvé sa présentation une fois de plus pertinente. Mise à part la partie commerciale de son discours (encore une fois OSDC oblige…), il a terminé par une démonstration bluffante des dernières fonctionnalités de CloudBees, en particulier le ClickStart. Le ClickStart, qu’est ce que c’est ? Et bien c’est la possibilité de créer une usine de développement en un clic. Comprendre par là que CloudBees propose différentes configurations de projets Java par défaut (genre un projet Jax-RS / Backbone, un projet Clojure ou encore un classique Java EE6), et en un simple clic CloudBees va créer un repository Git avec un archetype du projet, un job Jenkins qui sera capable de compiler et déployer tout ça sur une instance de serveur, accompagné de sa base de données… Bref, du tout en un, fonctionnel, et personnalisable à posteriori (rediriger vers un repo Github, changer la bdd, et j’en passe…)

Sacha Labourey a beaucoup parlé de « scalabilité », de stabilité, de support de la part de personnes compétentes (petite pensée pour Nicolas De Loof). Moi j’aimerais surtout insister sur le fait que ce genre d’initiatives permet de ne plus se préoccuper d’infrastructure, et de ces tâches récurrentes qui font perdre un temps fou. Alors ok, le « barbu » technique trouvera très important de mettre en place toute son infrastructure soit-même, bien optimisée comme on le souhaite, et c’est surement vrai dans beaucoup de cas. Mais si l’on souhaite se concentrer sur le coeur du problème, sur l’idée elle-même et ne plus perdre de temps sur toutes les choses autour, pour moi les avancées CloudBees vont dans le bon sens. Bref, si je suis tout seul et je veux tester un concept rapidement, et bien c’est clairement la solution. Qui plus est c’est gratuit, ça marche impeccablement bien, et je vous encourage à tester tout ça par vous-même !

Ce vendredi, en 11min et 28s, j’ai donc tenté d’évangéliser mes collègues en reproduisant tout ça avec ma vision des choses. J’en ai profité pour découvrir Cloud-IDE qui est vraiment un outil  prometteur…

Et c’est visionnable sur Youtube ! (d’ailleurs n’hésitez pas, abonnez vous au flux SfeirTube pour toutes les présentations SFEIR !)

LB.

APIs Google Code : faut-il vraiment les utiliser ?

Google fournit aux développeurs toute une liste d’APIs pour accéder à différents services tels que Google Buzz, Google Task, etc… C’est très chouette, très pratique et très bien documenté. On peut retrouver tout l’environnement Google pour le développement (GWT, appEngine, Android etc…) sur ce site : Google Code. Il existe aussi un explorateur pour ces APIs, et ça se trouve ici. Alors voilà, tout cela fonctionne tellement bien qu’on est toujours tenté d’utiliser ces APIs sans se poser de questions…

Et pourtant…
Continuer la lecture de APIs Google Code : faut-il vraiment les utiliser ?

Obsolescence programmée

Il est indéniable que rien ne pousse plus à la consommation excessive que les nouvelles technologies. Avoir le dernier iPhone, smart phone, le dernier laptop ou la dernière télé, maintenant c’est un peu le quotidien et la discussion classique autour d’une machine à café. Mais pourquoi ? Quel a été le cheminement économique pour en arriver là ? Arte nous propose un reportage tout à fait intéressant pour nous rappeler que pousser à la consommation est un des préceptes de notre économie moderne. Continuer la lecture de Obsolescence programmée