De la force des réseaux sociaux (?)

Je voulais réagir à une information du moment qui me dépasse complètement… Bon, déjà, petit préambule, tout ce que je vais écrire est juste l’expression d’une réflexion personnelle…

Avez-vous entendu parler de ce qu’il se passe au 36 rue Botzaris et aux Buttes Chaumont à Paris ? Pour répondre à cette question, « piratons » le site www.botzaris36.org (son auteur en sera heureux, j’en suis certain 🙂 )

#Botzaris36 est un « hashtag » Twitter basé sur une adresse : le 36 rue Botzaris à Paris (XIXe). A cette adresse se trouve un bâtiment qui fut occupé pendant un mois par des migrants Tunisiens en provenance de Lampedusa où certains ont eu des papiers les autorisant à rester en Europe (Schengen) pour plusieurs mois. Le 16 Juin ces gens ont été mis à la porte par les autorités française sur ordre des autorités tunisiennes pour reclasser le bâtiment en tant qu’ambassade « annexe », contraignant par la même les migrants résidant ici à chercher une autre place où vivre. Sauf que les foyers étant vides et aucune structure n’étant prévue pour les accueillir, cela fait plusieurs jours qu’une trentaine de migrants dorment dans le parc des Buttes Chaumont, dans la précarité la plus totale, sous la pluie et harcelés par les autorités françaises.

Le second aspect de ce scandale est basé sur la présence d’archives du RCD, le parti du dictateur déchu de Tunisie, extrêmement compromettantes pour un certain nombre de politiciens (au moins) français comme tunisiens. Ces documents ont donc été protégés, à la veille du début du procès de Ben Ali, par les autorités tunisiennes et avec la complicité de la France, de la justice française. Le bâtiment bénéficie maintenant d’une exception d’extra-territorialité et ne peut être ouvert par la France qu’avec l’accord de la Tunisie. Les autorités de ces deux pays ont préféré garantir leurs intérêts personnels respectifs en faisant disparaître les documents plutôt que de garantir la sécurité et la dignité de près d’une centaine d’êtres humains contraints à dormir dans un parc et ce sous la pression policière quotidienne.

Devant cette injustice inacceptable des citoyens français se sont levés pour que les médias, les politiques et quiconque se sentirait concerné par la situation se préoccupe de redonner des conditions de vie décentes à ces gens et de garantir la mise à disposition de la justice de ces documents qui sont un pan entier de l’histoire de la Tunisie.

Bon, alors je ne sais même pas si il y a besoin de le préciser, cette description n’est pas forcément une image globale et fidèle de la réalité. C’est juste le témoignage de quelques citoyens comme les autres (la volonté en plus) qui trouvent qu’il n’est pas normal de laisser tomber des gens, d’aider une ambassade à mettre ses propres ressortissants à la rue pour protéger des dossiers sensibles, sans solution de secours. Ces citoyens, juste par solidarité, alors qu’ils ont un appartement et un confort de vie, auront préféré partager le quotidien de ces dizaines de tunisiens qui vivent dans une totale précarité. Rien que pour ça, bravo à eux et à tous ceux qui se sont mobilisés pour leur trouver des sacs de couchage, à manger, ou même ont proposé leurs voitures pour transporter tout ça…

Moi je suis loin, tranquillement installé à Toulouse, et j’ai suivi ça par Twitter… (CLIC). Et franchement, de suivre les aventures en direct, de les voir faire face aux orages de la nuit, au froid, aux passages incessants de la police, jusqu’à ce matin, où les cars de CRS sont arrivés pour une interpellation, ça fait quand même quelque chose… Merci à @MsTeshi pour les photos et le témoignage !

 

Alors pourquoi cet article ? Simplement parce que j’aimerais comprendre… Qu’est ce qui a poussé ces gens à penser qu’ils trouveraient le salut à Paris ? Qu’est ce qui les a amenés 36 rue Botzaris, dans ce batiment si particulier appartenant à un parti politique déchu ? Comment connaissaient-ils l’adresse ? Pourquoi les médias sont-ils capables de parler sans fin des soldes, du sujet du bac, mais sont incapables de parler de migrants abandonnés dans la capitale ? Ces mêmes médias indignés parce qu’un homme politique arrive au tribunal avec des menottes, accusé de viol, alors que le seul crime de ces migrants est de ne pas avoir de papier et aucun endroit où aller… Et là les menottes, tout le monde s’en fout… Pourquoi, alors que d’habitude certains profitent de tous les évènements possibles pour faire de la com’ démago, ce coup-ci c’est grand silence ?

Vraiment, je ne comprends pas… Ces derniers temps, on rabâche le fait que les médias changent, que Twitter et Facebook sont capables de tous les prodiges pour faire passer l’information, et se suffisent à eux mêmes… Et pourtant, des citoyens ont beau hurler autant qu’ils peuvent depuis plusieurs jours, aucun média, aucun politique ne réagit correctement et avec force. Pourquoi ? Le maire du XIXème a bien dit qu’il y avait un soucis et qu’il avait l’air indigné de tout ça, mais finalement c’est la mairie qui a envoyé la police, non ? Enfin à l’heure où l’on se félicite de la révolution arabe et des probables entreprises et partenariats qui pourraient en émerger, ce genre d’évènements a l’air de juste clairement faire chier nos responsables politiques.

Moi, j’en viens à me demander si chaque buzz qui explose n’est pas juste voulu, et qu’il n’est pas simple de passer sous silence ce qui nous emmerde… Ca remet quand même grandement la puissance des réseaux sociaux en question, non ?

LB.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *