[Toulouse JUG] Retour d’expérience sur HTML5

Déjà une semaine que s’est déroulée la dernière réunion du Toulouse JUG, et je n’ai pas encore eu le temps de retranscrire ici mon ressenti sur ce qui s’est dit. Je vais essayer de rattraper un peu le retard…

La conf’ a commencé par un petit quizz assez marrant, un QCM sur du code java… Bon, compter les points, c’est pas simple hein ! Et à Paris ils gagnent des iPad 2, eux ! (huhuhuhu…) Blague à part l’initiative était très chouette, c’est à refaire et ça détend l’atmosphère…

Florent Garin, le trésorier de l’association (je crois), a pu enchaîner avec sa présentation qui consistait en un retour d’expérience sur un projet basé sur HTML5. Je cite :

Florent travaille depuis un moment sur un projet avec HTML5, du web socket, du canvas, du tag video et audio, du CSS3 pour les animations, de la vidéo SIP, …
Donc il nous présentera ce qui nous arrive dans la couche UI au dessus de nos belles architectures JEE.
En plus, il vient avec un démo qui déchire du site pour lequel il met tout ça en oeuvre: Webinage

Bref, voilà en quelques mots ce que j’en ai retenu:
HTML 5, c’est un ensemble de spécifications html, css3 ou javascript qui ne sont pas finalisés, et qui ne le seront surement pas avant longtemps (voir jamais). Mais comme toujours, ce sont les acteurs du web qui font avancer les choses. Firefox, Chrome & Co ont donc décidé de proposer leur implémentation et c’est à nous tous de leur faire confiance. On aurait tendance à vouloir se dire qu’il est trop tôt pour se lancer dans son site full html 5, mais finalement, pourquoi pas ? Après tout, ces acteurs sont tellement influents que ce sont plus leurs implémentations qui décident des spécifications que l’inverse… (je me croirais presque au travail 🙂 )

Florent Garin et sa compagnie Docdoku ont donc décidé de se lancer dans leur projet, webinage, en exploitant au maximum les possibilités actuelles d’HTML 5. La philosophie, c’est donc d’embarquer son propre navigateur (un petit chrome en full screen), seule façon de maitriser le fait que le navigateur client soit assez à jour pour l’html5, puis simplement de lui faire afficher le site distant webinage. Et mine de rien, à l’heure actuelle, l’html5 ça permet de faire assez de choses bien bien cools. Affichage de la vidéo, du son, des animations en CSS3, plus besoin de plugin ou d’activeX, et une base de donnée en locale… Les mises à jour de l’application (oui, il faut assumer le fait que l’on fournit une application full web) sont simplifiées, il suffit (au delta pret de la base locale) de changer le site sur le serveur web, et pouf, tous les clients en profitent…

Un des arguments contre ce genre d’application, c’est le côté un peu bancal de l’architecture. Aïe aïe aïe, la frontière entre la présentation et les données s’amincit un peu… Mais finalement, Florent nous a soumis l’idée que s’évertuer à découper pour découper relevait plus de la préoccupation philosophique qu’autre chose.

En ce qui me concerne, Florent Garin a pu me convaincre qu’il fallait assumer le côté applicatif de son site et qu’il fallait surtout se lancer. L’heure n’est plus à l’attente, les navigateurs actuels fournissent déjà une solide base de travail. En tout cas, à aucun moment il n’a dit regretter son choix. Evidemment ils rencontrent certains obstacles, comme pour l’acquisition vidéo, mais après tout la plupart des solutions techniques ont besoin de quelques contournements pour un besoin spécifique. Et puis il faut bien le dire, son site était assez séduisant ! (malgré sa connexion 3G…)

Un autre indice qui va dans leur sens, c’est le fait qu’on voit émerger par ci par là quelques gros sites multimédia en html 5, le dernier en date étant la béta de Deezer (accessible par tout le monde dès aujourd’hui je crois bien). A partir de là, on sait que les changements dans les navigateurs grands publiques ne pourront qu’être des évolutions, plus question de régression… Un site qui m’éclate aussi sorti des labs google, démo webGL : http://bodybrowser.googlelabs.com/

Bref, il ne reste plus qu’à se former… 🙂

Je n’ai pu malheureusement rester pour la suite de la soirée : la présentation de Flex. Dommage…

Allez, à quand la prochaine soirée JUG ?

LB, membre 001 du Toulouse JUG

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *