Il y a deux mois…

On m’a très justement fait remarquer que je n’ai pas résumé ce qui a pu se dire lors du déjeuner à l’Élysée des « blogueurs influents ».

Tout d’abord, il est intéressant de voir la liste des invités… Pourquoi eux, comment, du bouche à oreilles… C’est totalement arbitraire, et ils en étaient tout à fait conscient. Ils étaient là pour représenter un échantillon représentatif des acteurs du net, point.

  • Jacques-Antoine Granjon, PDG de Vente-privee.com
  • Eric Duplin alias Presse-Citron
  • Nicolas Vanbremeersch (ex-versac), patron de Spintank et meilcour.fr
  • Jean-Baptiste Descroix-Vernier, PDG de Rentabiliweb
  • Xavier Niel, PDG d’Iliad Free
  • Maître Eolas
  • Daniel Marhely, co-fondateur de Deezer
  • Jean-Michel Planche fondateur d’Oléane et de Witbe

8 personnes, j’ai cru comprendre sur Twitter que d’autres ont refusé de « pactiser avec le diable » et n’y sont pas allés.

Pour savoir ce qui s’y est dit, le mieux est encore de laisser la parole aux participants :

Eric Dupin, alias Presse-Citron
Jean-Michel Planche de Witbe
Maitre Eolas
Versac, fondateur de Spintank

Je pense que la lecture de ces quatre réactions est un bon résumé de ce qui a pu s’y dire. D’ailleurs ils témoignent tous dans le même sens… Si je devais me tenter à faire un compte-rendu de ce que j’ai lu, voilà ce que j’en retiendrais:

De tous les témoignages, il en ressort que Nicolas Sarkozy est un personnage en soit. Bon ok, ce n’est pas un scoop, mais ça m’impressionne toujours: Il veut maitriser les dossiers, il a apparemment mené les débats, ayant un avis sur tout, tout le temps. (C’est fort quand même d’arriver à avoir un avis sur tout! Rien que ça, ça m’épate 🙂 ).
Il en ressort aussi que le pourquoi de ce déjeuner, c’est clairement qu’internet manque de représentant. Pour avancer de façon cohérente, il faut parler. Or, pour parler, il faut plusieurs interlocuteurs. 🙂

Jusqu’à présent, le gouvernement a légiféré (pour changer) dans une logique qui est la sienne, une logique de régulation se basant des principes tout à fait basiques et classiques:
« gain d’argent par la publicité non taxée => taxe google »
« Téléchargement sans rémunération des ayant droits => Hadopi pour interdire de télécharger »
« Pédo pornographie sur internet => blocage pure et simple des sites pédo pornographiques »

C’était bête et inapplicable (que ça soit pour des raisons techniques ou éthiques)  le gouvernement oubliant que tout ceci ne s’applique plus à un état et à un peuple, mais à un monde à part entière et sans frontière. Si Nicolas Sarkozy les a convoqués, j’imagine que c’est qu’il est conscient qu’il a besoin d’ambassadeurs de ce monde numérique.

La conclusion, c’est que cette petite troupe est censée se retrouver le mois prochain pour un « Conseil du Numérique » (?), voir où ils en sont sur les différents dossiers, et voir si un dialogue dans le temps est possible… Et pourtant, pendant ce temps là, ça légifère, encore et encore, avec M.Besson aux commandes… Dans ces conditions, dans quel état d’esprit vont-ils se revoir ?

Affaire à suivre…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *